PreciDIAB

1eres inclusion de patients dans la cohorte Cœur et Cerveau de PreciDIAB

Les diabètes ont des conséquences sur le cerveau, les nerfs, le cœur, les reins, les yeux, et de nombreux autres organes.                

Dans le cadre de notre Centre National PreciDIAB, une étude clinique qui se nomme Coeur & Cerveau a débuté. Sous la supervision du Pr David Montaigne et du Pr Charlotte Cordonnier, cette étude se concentre sur les patients diabétiques qui n’ont pas encore fait de complications liées aux diabètes. L’objectif est de comprendre pourquoi certains patients vont faire des complications après quelques années de suivi en identifiant des biomarqueurs qui permettront de prévoir des trajectoires de maladies qui surviendraient prématurément chez ces patients. Cette étude permettra dans un second temps de développer des stratégies de prévention et de protection de ces organes si importants que sont le cerveau et le cœur.

Il s’agit d’un projet clinique qui coordonne plusieurs corps de métier au sein du CHU de Lille, des médecins spécialistes dans l’imagerie cardiovasculaire, des radiologues ainsi que des cardiologues et des médecins diabétologues. Il est rare d’avoir une approche aussi multidisciplinaire, et c’est là l’une des forces majeures de cette étude.

Suite à l’autorisation du Comité de Protection des personnes, nous accueillerons en juin les premières inclusions de patients dans cette étude.

Nos professionnels de santé exploreront finement et de manière non invasive, le fonctionnement de leurs cerveaux et de leurs cœurs en les comparant à des patients non-diabétiques. Par exemple, l’exploration du cerveau consistera en une évaluation des fonctions cognitives (la mémoire visuelle ou verbale, le langage, l’écriture, la lecture, le calcul, l’attention, etc.) en parallèle d’une évaluation de la morphologie du cerveau par IRM cérébrale et de son fonctionnement par IRM fonctionnelle. Ces observations permettront, à terme, de repérer les facteurs favorisants les complications cérébrales chez les patients diabétiques tels que des AVC ou des troubles de la mémoire. Ainsi, il sera possible de poursuivre vers la seconde étape qui sera de déterminer de nouvelles stratégies de prévention spécifique pour ces patients.

Tout en permettant de faire avancer la recherche, le bénéfice pour ces patients diabétiques est de pouvoir réaliser un bilan exhaustif au niveau cardiaque, vasculaire et neurologique. Nos patients bénéficieront d’un suivi très rapproché par les médecins spécialistes de différents services du CHU de Lille avec des paramètres originaux qui permettront de détecter d’éventuelles complications.

Le démarrage officiel de cette étude avec ces premières inclusions de patients ouvrent pour les personnes diabétiques des perspectives prometteuses en médecine de précision dans un futur proche.